Vermifuges

Les parasitoses intestinales sont l'une des pathologies les plus fréquentes chez nos chevaux.

Jusqu'à présent, la stratégie utilisée était une vermifugation la plus régulière possible, en ménageant des changements dans les molécules utilisées mais en privilégiant néanmoins les dérivés de l'ivermectine.

Une convention internationale réunissant des experts mondiaux en parasitologie équine a permis de mettre en évidence un fait important et grave : il existe de plus en plus de résistances aux vermifuges, en particulier aux dérivés de l'ivermectine, et surtout si on s'adresse aux petits strongles, qui forment la grande majorité des pathologies parasitaires du cheval.

Or AUCUNE nouvelle classe de molécules n'est en vue dans notre arsenal thérapeutique dans un avenir proche !!!

On est donc condamné si on veut réguler les taux de parasites à un niveau acceptable d'établir de nouvelles stratégies.

 

Petit rappel (très simplifié) :

 

Il existe chez le cheval deux types de vers, les vers plats et les vers ronds.

 

1. Les vers plats affectent surtout les jeunes, et ne présentent pas de résistance marquée aux vermifuges. Une seule molécule les traite, le Praziquantel retrouvée en association dans le Furexel combo, l'Eqvalan duo, l'Equimax et l'Equest pramox. Dans une moindre mesure, le pyrantel (Horseminth) a une certaine efficacité à double dose contre ces vers plats.

Ces vermifuges devraient être utilisés une fois par an chez tous les chevaux, et en tout cas certainement chez les jeunes.

 

2. Les vers ronds sont multiples, mais l'espèce qui est la plus dangereuse et montre le plus de résistances est le « petit » strongle appelé vulgairement le petit vers rouge.

 

Pour traiter ces vers ronds, on dispose actuellement de trois familles de vermifuges.

 

Les benzimidazoles (Telmin, Rintal, Panacur) = « anciens vermifuges »

 

Le pyrantel (Horseminth)

 

Les lactones macrocycliques dont on a deux familles, la moxidectine avec l'Equest, et l'ivermectine qui reprend tous les autres vermifuges (Eqvalan, Furexel, Maximec, Eraquel, Noromectin)

 

On simplifiera en appelant la troisième famille celle de l'ivermectine.

 

On sait depuis longtemps que les deux premières familles génèrent des résistances. C'est la raison pour laquelle, dès l'apparition de la troisième famille, on a poussé (à outrance) cette famille, avec pour conséquence l'apparition de résistances à cette dernière famille...

 

Le but à atteindre est donc actuellement de :

 

Diminuer l'excrétion par les chevaux de vers résistants à la troisième famille et donc créer chez les chevaux un refuge de vers sensibles. Pour atteindre ce but, il faut savoir que plus fréquemment on traite avec le même vermifuge un cheval porteur de vers déjà résistants à ce vermifuge, plus cette résistance va augmenter et plus on va « ensemencer »le milieu de vers résistants à ce vermifuge. Il faut donc comme avant faire appel aux anciennes molécules (deux premières familles) dont on sait qu'elles génèrent des résistances à elles-mêmes, mais n'augmentent pas la résistance à la troisième famille et éviter de traiter uniquement avec la troisième famille.

 

Éviter de traiter à répétition des chevaux qui ne seraient pas de gros porteurs et donc de gros excréteurs. Il faut donc tester régulièrement les chevaux et ne traiter que les excréteurs et ceux qui hébergent des vers résistants (voir en-dessous les tests)

 

Créer des refuges parasitaires de vers sensibles dans le milieu extérieur. Pour atteindre ce but, il faut en arriver à ce que le combat sur le terrain (les prairies, paddocks et boxes) entre les vers résistants et les vers sensibles évolue en faveur des vers sensibles. Ainsi les chevaux qui ingurgiteront des larves de vers avaleront plus de larves de vers sensibles que résistants. Pour atteindre ce deuxième but, il faut inverser la pratique qu'on utilisait auparavant à savoir traiter un cheval avant qu'il ne change de parcelle pour qu'il élimine ses larves sur l'ancienne parcelle et non sur la nouvelle (Dose and Move). On préconise actuellement le traitement antiparasitaire après le changement de parcelle (Move and Dose). En effet, le cheval qui arrive sur une nouvelle parcelle et est traité ne va éliminer que des vers sensibles, puisque les résistants ne seront pas touchés par la vermifugation. Il va donc ensemencer la nouvelle parcelle avec des vers sensibles au vermifuge qu'on lui a administré.

 

Il est évident qu'il faut continuer comme avant à éliminer les parasites dans le milieu extérieur, et ce de manière non spécifique par des moyens mécaniques comme l'élimination des crottins sur les petites parcelles, le labour régulier des zones de refus, ou l'étalement des crottins. A ce sujet, je vous rappelle qu'étaler les crottins n'a de sens que dans une période chaude et ensoleillée, qui va favoriser le dessèchement et la mort des larves de vers. Ebouser quand il fait humide au contraire permet l'ensemencement de la parcelle!!! Le traitement de la parcelle au moyen d'engrais de type Cyanamid si il a prouvé son efficacité contre les larves de vers pose actuellement un problème écologique puisqu'il est également prouvé qu'il affecte la structure du sol notamment en tuant également les vers de terre... Je reviendrai plus tard sur ce problème, une étude plus approfondie s'impose.

 

 

En résumé, voici la stratégie qui est prônée actuellement par le monde scientifique :

 

Cette stratégie est « idéale », mais peut être adaptée à tous les cas de figure !

 

Au moins une fois par an : testage des crottins. Les chevaux qui montrent un résultat supérieur à 200 oeufs ( OPG) par gramme de crottin doivent être traités. Ceux qui sont en-dessous de 200 OPG ne sont pas vermifugés.

 

Changer les chevaux de prairie PUIS les vermifuger sur la nouvelle parcelle.

 

L'année « type » devrait comporter comme vermifuges

 

1 ancien vermifuge (Panacur – Rintal – Telmin) - Eté ou Hivers

 

1 fois du Horseminth - Eté ou Hivers

 

1 Ivermectine ( Eqvalan, Furexel, Maximec, Eraquel, Noromectin) - Automne ou Printemps

 

1 Moxidectine (Equest) - Automne ou printemps

Une fois par an, en hivers ou en automne on peut pour les jeunes chevaux remplacer le vermifuge ci-dessus par un combiné (Equest pramox, Eqvalen duo, Equimax)

 

Les jeunes devraient recevoir une fois par an un vermifuge qui est actif contre les vers plats. ( Furexel combo, l'Eqvalan duo, l'Equimax et l'Equest pramox)

 

Dans les élevages avec de gros problèmes de parasites, il faut déterminer si des résistances sont présentes. Dans ce but, il convient de tester les crottins, de vermifuger immédiatement et de retester 10 jours après. Si le taux d'OPG a bien diminué, on a peu de résistances, sinon, aïe aïe...

 

Le coût d'une analyse de crottins est de 15 euros TVAC.